Comment ne pas porter un regard très appuyé sur cette démarche « Loto du patrimoine » qui si elle aurait faire crier au scandale, n’en est pas pour autant à jeter au panier (sauf les tickets perdants !!).
La défense et la promotion du patrimoine est pourtant un sujet qui ne peut que rassembler, la France ne bénéficie-t-elle pas d’une reconnaissance internationale ? On se souviendra notamment du rapport commandé par Laurent Fabius à Martin Malvy et qui au travers d’une liste de 54 suggestions faisait la part belle à notre patrimoine comme incitation à nos visiteurs étrangers de venir jusqu’à nous.
C’est rassemblé autour du Président de la République et de son pilote Stéphane Bern que les principaux acteurs de cet appel à la générosité publique via les jeux de hasard se sont unis pour faire (nous l’espérons) un grand succès.
Représentant de la Société civile, la Fondation du Patrimoine  s’offre un nouveau « souffle » pour élever le niveau du regard vers les actions qu’elle soutient en faisant bénéficier les généreux mécènes d’une déduction fiscale et d’une maitrise parfaite de l’argent récolté pour une redistribution vers les dossiers qui lui sont proposés par les collectivités et les associations.
Si les recettes espérées dans cette opération sont évaluées à environ 20 Millions d’Euros, c’est avant tout un effet de levier comme le précise Célia Vérot, déléguée de la Fondations du patrimoine qui liste quelques idées  « …publication d’un livre avec des textes de grands écrivains au profit du patrimoine, versement d’un euro au profit de la cause lors d’un paiement électronique, dons versés par SMS, édition de médailles, ouverture d’une société nationale des amis du patrimoine (à l’instar des sociétés d’amis de musées), ou programmes quotidiens courts sur France Télévisions mettant à l’honneur un monument nécessitant de l’aide… «Il ne faut rien s’interdire… ».
Pour notre département, 3 monuments et lieux ont été retenus et cette sélection me semble bien représentative de notre patrimoine. Tout d’abord le château de Castelnau-Bretenoux, enceinte fortifiée dominant la vallée de la Dordogne et abritant notamment le petit village de Prudhomat. Le second par son emprise, l’abbaye de Marcilhac-sur-Célé, même si son histoire est aussi riche que le précédent peut être classé dans la protection des âmes avec en arrière plan quelques années de buzz inondant les réseaux sociaux d’exploits menés par un prêtre en soutane volant et plongeant contre monnaies sonnantes et trébuchantes. La vallée du Célé, belle endormie, lui en sait gré et ce coup de pouce serait le bienvenu. Et notre troisième monument, plus modeste est pourtant d’une richesse extraordinaire car cette grange-étable du XVe site à Saint-Michel-de-Cours, sans le premier programme de restauration déjà en place, était condamnée à une mort certaine ou au mieux à un grand risque de forte dénaturation la faisant disparaître à jamais des écrans radar de notre patrimoine quercynois.
Amis internautes, encore quelques mois de patience pour mettre la main au portefeuille et espérer que le jeu en vaudra la chandelle et comme le disait souvent ma grand-mère « éteint la lumière, pas la peine d’engraisser la Compagnie ! »